Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




4 - A la source des psaumes


Plaintes...

Psaume 102 (101) - Livre Quatrième

Dieu, écoute ma prière qui m'éveille.
Que parvienne jusqu'à Toi, ce que je crie !.
Sur mon visage, la détresse s'inscrit.
Le jour ou j'appelle, tends vers moi l'oreille.

Réponds, car mes jours sont partis en fumée,
Mes os ont brûlé comme un rouge brasier.
Mon coeur desséché ne sait plus s'extasier,
A force de gémir, je suis déprimé...

Je ressemble presqu'aux choucas du désert,
La nuit, je suis comme le hibou des ruines,
Je reste éveillé, constamment, sous la bruine,
Sans toit, solitaire, cachant ma misère.

Mes ennemis furieux contre moi m'outragent.
Au lieu de bon pain, je mange de la cendre.
Mes larmes sont ma boisson; pourquoi attendre ?,
Tu m'as rejeté loin des verts pâturages.

Mais toi, O Seigneur, Tu sièges pour toujours.
De Sion, il est temps d'en avoir pitié.
Viens donner à tes serviteurs, l'amitié,
La poussière a étouffé leur soif d'amour.

Tes années couvrent tous les siècles passés.
La terre et les cieux sont l'œuvre de Tes mains.
Tes serviteurs, reviendront sur Ton chemin,
Et leurs fils, suivront sans arrière pensée.