Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




7 - Ballades en Quercy


Figeac

Sur la route ondulante des pèlerinages,
Entre l'aridité du Causse et les collines
Du Ségala, teintées de verts, restant sauvages,
On atteint la ville ou le soleil dégouline.

Entre les sillons si tumultueux du Lot,
Et ceux du Célé, tout aussi fougueux et beaux,
Est née Figeac, au dix mille compatriotes,
Héritiers d'un passé, en portant le flambeau.

Pépin le Bref, voyageant, selon la légende,
Aurait, disait-on, entendu des voix célestes,
Et vu deux blanches colombes, du ciel descendent
Traçant une croix,... c'est Dieu qui se manifeste.

Cette croix, de Figeac est maintenant l'emblème:
Du gallo-romain à l'Abbaye de Lunan,
Du Monastère à la ville de guerre...à problèmes,
Celle de Cent ans et celle des protestants.

Abbaye devenue la cité des marchands,
Etape majeure des pèlerins hardis,
Creuset des puissants commerçants, qui vont, portant
Même, à l'étranger, la valeur de leur crédit.

Du douzième au quatorzième, ville affairée,
Qui s'organise autour des places de marchés,
Le long de ses rues tortueuses et pierrées
Les murs rivalisant de luxe, recherché.

Arcs brisés ou infléchis, ornés de moulures,
Boutiques aux fenêtres aux décors sculptés,
"Soleilhos" ou greniers ouverts de belle allure,
Pour sécher, fruits et légumes, bien abrités.

La pierre de Figeac, au grès fin et doré,
Se fait douce sous le burin de l'artiste,
Et, les richesses, les voyages " digérés"
En ont fait des b√Ętisseurs perfectionnistes.

C'est ainsi que la ville présente aujourd'hui
Cette architecture médiévale exceptionnelle,
Qu'au clan des villes d'art et d'histoire, l'a conduit,
Donnant aux habitants un regard plus charnel.

Figeac, en son temps, quel orgueil, frappa monnaie.
De ce bel √Ęge d'or, il reste un b√Ętiment,
Place de la raison, ... tout le monde conna√ģt,
Chef-d'œuvre de l'architecture du moment.

Occupé par le Syndicat d'Initiative,
Débutant par une halle, superbe et grande,
Des fenêtres géminées à l'étage captivent
Vers le "soleilho", tous les regards qui s'y tendent.

Des "Aiguilles", coutumes ou rite oublié,
"Guyo del Trèlh" ou bien "Guyo dels Pélissiers"
Sont des édicules de pierres, singuliers,
Monuments pieux ou rencontres de sorciers.

Voir encore, les deux principales églises.
Saint-Sauveur, avec sa salle capitulaire,
Notre-Dame-du-Puy, qui se caractérise,
Par un retable en bois de noyer, statuaire.

Reste à saluer Champollion et son musée,
Pierre de Rosette, mystérieux hiéroglyphes,
Sarcophages, momies, terres cuites usées,
D'un homme exceptionnel, son travail objectif.