Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




7 - Ballades en Quercy


Saint Cere

Saint Céré, comme toutes les cités du Lot,
A une histoire longue et riche de vestiges,
Superbement conservés et lourds d'anecdotes,
Les uns comme les autres, sont pleins de prestige.

La légende fait remonter sa création
A Sérénus, noble seigneur de Saint-Laurent,
Dont la fille subit la décapitation
D'un "fiancé", et "lava sa tête" au torrent !

Elle donna son prénom à Sainte Spérie,
Qui est trace d'un culte local très ancien,
Et Eglise, que les siècles ont enchéri
Mais qui resta, rassemblement des paroissiens.

De Comtes en Vicomtes, jeunesse, vieillesse..!
La ville vécu son "bonhomme de chemin".
Les ruelles médiévales aux "Taouliès",
Sont étalages de pierre, usées par les mains.

Saint Céré est aussi "riche" d'hommes célèbres:
C'est la patrie du poète français Maynard,
Attiré par la cour, pour sortir des ténèbres,
Jeune académicien, gourmand comme un renard.

Des campagnes d'Algérie, glorieux soldat,
Le maréchal Canrobert, chef qui s'illustra
Au commandement, de Crimée à Saint Privat.
La guerre eurent besoin de beaucoup de bras !

L'empreinte du célèbre tapissier français,
Jean Lurçat a marqué à tout jamais ce lieu.
Les tours de Saint-Laurent que l'on monte en lacets
Exposent quelques œuvres, musĂ©e Ă©logieux.

Ce temple "atelier-musée" qui respire l'art,
Est complété par un festival de musique,
Que pour l'été, Saint Céré chaque année prépare,
Pour les amateurs, symphoniques et lyriques.

Avant d'abandonner cette ville attirante,
Visitez l'amusant musée automobile;
Sachant que par de Bourseul, est aussi "savante"
Qui fit les premiers essais de téléphone "a fil".