Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




13 - Cailloux de la route


La dernière corde...

Un soir, Paganini, le très grand violoniste,
Jouait avec fougue…une corde se rompit !
Puis deux autres…, cela sans qu'il s'interrompit.
Sur la corde restante…, termina l'artiste !

Ce "sol" de fin, lui fit terminer en beauté,
Et frénétiquement applaudi par la foule.
Ainsi se transforment nos vies, qui se déroulent,
Comme le violon, perdant nos capacités.

Au bout des vies, les cordes sautent, une à une !
Jambes faibles, douleurs des levers difficiles !
Mémoire capricieuse…du passé qui défile…
Nous voudrions bien combler toutes ces lacunes.

Sans être un Paganini jusqu'au bout célèbre,
On fait des choses avec nos cordes restantes,
Belles…il ne faut pas les mettre à la brocante ;
Chère vieille corde de "sol"... sort des ténèbres !

Elle est …patience, sagesse, bonté de Dieu ;
Faisons jaillir ses belles notes en arpèges,
Musique de paix, d'humour, pour un beau manège:
Note pour le rire d'un paradis joyeux !