Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




13 - Cailloux de la route


L'écriture des sens

Assis dans son fauteuil en bois foncé,
L'homme regarde, derrière la vitre,
Le soleil donnant son dernier chapitre,
Avant de se coucher et s'effacer.

Un léger frisson lui parcourt le dos,
Lassitude d'une journée chargée.
Dehors les branches, sous un vent léger,
Semblent ployer sous le poids d'un fardeau.

Puis la nature s'emballe d'un coup !
Les arbrisseaux en fleurs sont secoués,
Et les pétales tombent, dénouées,
Comme une robe de dentelle floue…

Une odeur de marais monte aux narines,
Un dernier oiseau chasse avant la nuit,
L'éclairage se transforme sans bruit,
Les carreaux se mouillent d'une pluie fine.

Le repas se prépare à petit feu ;
L'homme se servit un verre de vin doux,
Et sans savoir pourquoi, geste un peu fou,
Pris une plume…pour écrire un peu…