Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




19 - Chemins du monde


Poême de l'âme

(tiré d'un extrait d'AVICENE , médecin philosophe 931-1037)

Tombé du plus élevé des cieux,
Une noble colombe est en toi.
Nul regard d'initié ne la voit,
Et rien ne cache son vol radieux.

Malgré elle, en toi, souffrira-t-elle
Un jour, de devoir bien te quitter,
Révoltée, peinant à s'adapter ,
A ce corps déserté, fait pour elle ?.

Mais elle a fini par oublier,
Son monde cosmique originel,
Comme effaçant ce lien éternel,
Inconsolable et blanc voilier.

Du lieu céleste au terrain aride,
Cette matière attachée à elle,
Racine périssable corporelle,
Pleurant sans fin des larmes torrides.

Elle jette sa plainte à tous les vents,
Laissant ces vestiges s'évanouir.
Pour quitter la cage et s'épanouir ,
En rejoignant la paix des couvents.

Foyer des âmes, champs sans mesure,
Séparé de notre corps, poussière,
Comme dormant d'un sommeil de pierre,
Les yeux enfin levés vers l'azur.