Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




19 - Chemins du monde


Réveil

Je n’ai pas vu s’éveiller les fleurs,
Front baissé sous le poids du travail,
Bête humaine, enfermé au sérail,
Marchant, luttant, mais toujours sans peur.

J'étais bien loin de cette eau tranquille
Qui pouvait bercer mes espérances,
Apaiser mes peines, mes souffrances,
Et me faire abandonner mon île.

Mais ce temps là et bien dépassé,
L'âge est venu de laisser sa place,
De détruire cette paperasse,
J'étais fatigué et harassé.

Et, même si la roue tourne encore,
Parfois, la nuit, dans mes cauchemars,
Je sais bien qu'il n'est jamais trop tard,
Pour avoir la paix… tout s'évapore !

Si mes rêves d'absolu m'essoufflent, ,
Que j'arrive à les laisser tomber;
Ne plus être encombré… ni courbé,
Vers 1e ciel, que mon réveil soit souffle !