Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




11 - Entre ciel et terre


Aube

La nuit va bientôt s'achever sur la vallée.
Tout est silencieux, le village voilé.
Puis, venant de je ne sais d'où, dans le lointain,
Comme un cri poussé par le vent, l'appel d'un train.

La rosée du matin a déposé ses perles,
Sur les herbes des prés, avant le chant des merles.
Tout le monde animal est encore endormi,
Attendant des éléments, leur polychromie.

Tout à l'horizon, là-bas, pointe une lueur;
C'est le jour qui se lève, de la nuit "tueur" !
Le soleil n'est pas loin, pour réchauffer la terre.

Les feuilles brillent comme pour un jour de fête.
Les insectes s'activent ... faisant leurs emplettes.
Les hommes retrouvent, leur marche salutaire.