Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




11 - Entre ciel et terre


Premiers santons

Il était une fois un jeune homme,
Pauvre et égaré dans la campagne,
Inconnu au pays de cocagne,
Espérant obtenir une pomme.

On lui rejeta au nez les portes;
C'était Noël, grand jour de festin.
L'on mangerait du soir au matin,
Sans ouvrir aux gens de cette sorte.

Et l'homme soupira doucement,
Habitué à de tels accueils.
Poussé par le vent, comme une feuille,
La forêt l'avala goulûment.

Trébuchant alors sur une souche,
Il tomba lourdement dans la neige.
Le linceul glacé lui fit un siège,
Raidissant son corps dans cette couche.

Il se releva avec angoisse.
Sous ses pas, la neige couinait
Et l'engourdissement qui venait,
Fit qu'il chanta pour quelle ne croisse.

Il sentit alors une présence;
Dans ce silence froid du tombeau,
Il aurait bien voulu un flambeau,
Pour éclairer cette nuit trop dense.

On le suivait... il se retourna...
Là, à vingt pas de lui, il les vit.
Au moins trente loups... en vis-à-vis,
En demi-cercle... comme au Sénat !

Leurs yeux de feu brillaient sous la lune,
Tout comme les braises de l'enfer !
En peur , il lança une prière
Au ciel, pour crier son infortune.

Il recula lentement vers l'arbre,
Qui l'avait émerveillé avant:
Ses branches s'élevaient en auvent,
Très vaste cathédrale de marbre.

Son gros tronc l'empêcha de monter.
Alors, il parla longtemps aux loups;
Fatigué, jusqu'à ce qu'il s'enroue...
La meute paraissait insister.

Ils étaient contre lui maintenant,
Leur haleine réchauffait son corps,
Qui s'engourdissait dans ce décor...
Mais l'homme réagit rayonnant.

"Oui, dit-il aux bêtes, c'est Noël !
Noël, la venue de l'enfant Dieu,
Ce petit bébé mystérieux,
Venu pour nous sauver, fait réel ! "

Animé par une étrange flamme,
Comme pour mieux se faire comprendre,
A genoux, il prit la neige tendre,
Et créa ce que voyait son âme !

Jésus, la Vierge Marie en blanc,
Saint Joseph, l'âne et le gentil bÅ“uf;
Il n'avait plus froid, tout était neuf !
Son coeur, en louange, émit un chant.

"Voici la crèche, mes frères loups ! "
Puis, ajouta bergers et troupeaux;
Il manquait que le chant du pipeau,
Lorsqu'il posa l'agneau tout à coup !

Alors, l'enfant Jésus gazouilla;
Tous les personnages s'animèrent,
Et à leur tour, les loups modulèrent
Un long hurlement... d'ALLELUIA !