Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




17 - Horizon, poèmes et chansons


La rivière assassinée

( tiré de la Revue "Enfants du Mékong" de Jacques Dano)

Le soleil illumin(e) la rizièr(e) cambodgienne.
L'enfant Choung, sur le sol est penché, très sérieux,
La peau sombre éclairée par ses dents et ses yeux ;
"Là, regarde, cette motte anormale, ancienne ! "

Le vieux Hoeng a donné l'alarme au village !
Ils devaient défricher ce champ abandonné.
L'enfant dit, sans aucune peur : " terrain miné".
Il a vu déjà tant de choses à son âge !

Ces mines…de méchantes petites machines,
Tuant, broyant les membres d'enfants comme lui !
Choung a souvent vu ceux qui les enlèv(ent) sans bruit.
…Il plonge dans le sol durci, sa courte badine…

Une fraction de seconde…il se demande s'il est encore vivant!
Est-il déjà, morceaux projetés dans les airs ?
Un regard alentour, le ramène sur terre.
Les sourires de ceux qui sont là sont rassurants.

Le bambou a effleuré un objet inerte !
Lentement, il balaie la terre avec sa main,
Faisant sortir la calotte d'un crâne humain…
"Oh, ce n'est rien ! dit-il en riant…"un squelette".

Tous partagent sa joie avec éclat…sauf un.
Une grimace de vieux Hoeng se perd dans ses rides !
C'est le silence dans cet après-midi torride.
Chacun pens(e) que parler serait inopportun.

Le soleil est "parti" derrière la montagne !
Tous sont accroupis sur le plancher, tout petit,
De leur maison, construite sur des pilotis ;
Et le vieux Hoeng, ne parle plus de sa campagne !