Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




17 - Horizon, poèmes et chansons


Réveil des arbres

Arbres en promeneurs, se penchant sur les eaux,
Comme s'ils voulaient, du lac, caresser la peau
Lentement de leurs feuilles,
Dans le ciel qui s'éveille, un petit cri d'oiseau
Semble faire vibrer, les orgues des roseaux,
Notes que nos yeux cueillent.

Une brise légère fait frissonner les arbres,
Donnant à l'orchestre, des violons de marbre.
Ma√ģtre Nature joue !
Les rayons du soleil sont baguettes d'espoir,
Entourant les heures de la vie, jusqu'au soir,
Se teintant d'acajou.

Instant privil√©gi√©, o√Ļ s'√©veillent les f√©es,
Du fond du lac dormant, nous poussant vers Morphée ?
Ou nous posons la tête.
Laissons-nous sans réserve, entre ses bras dormir,
Pendant qu'un saut de carpe, le lac, fait frémir,
Sous le cri de la chouette.

Des rêves fous vont venir fleurir ce repos,
Nous laissant des id√©es en entrep√īt.
Qu'en sera-t-il demain ?
Au fond des eaux tranquilles, vrai sac de cailloux,
Qu'aurait laissé tombé quelque jeune voyou,
Sans soucis, sans chagrin !

Mais les arbres feuillus ont vu et entendu.
La chute des rêves, par leur cercle vécu,
Sur la surface lisse,
Du Miroir bleu des eaux, scintillant au soleil,
Comme pour Alice, à son pays des merveilles.