Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




17 - Horizon, poèmes et chansons


Arbres guetteurs

Deux arbres, presque dénudés, comme des cils,
Ouvrant les paupières, le matin au réveil ;
Dévoilent la paix de la nature ; l'éveil !
Lieu, que l'on prendrait très vite pour domicile.

La Dordogne est vivante, malgré son image.
Les eaux glissent sans mouvement…par précaution
Pour ne pas troubler, des montagnes, l'émotion
De voir leurs reflets, dans l'eau,
qui leur rend hommage.

Sur ces crêtes allongées, laissons glisser…
Notre barque du temps s'est enfin arrêtée.
Une fois de temps en temps, laissons nous paresser.

Au bout de la vall√©e, l√† o√Ļ na√ģt l'horizon,
La paix retrouvée pourra y être fêtée,
Le monde des vivants, aura trouvé raison.