Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




17 - Horizon, poèmes et chansons


Sur les routes, chantons !

Nous étions quelques hommes,
Sur les routes de FRANCE,
Cherchant la délivrance,
En croquant dans la pomme.
La pomme de la vie,
Des musiques en tête,
Prêt à faire la fête,
Avec de folles envies.

Portant nos instruments,
Guitare et contrebasse,
En cherchant un espace,
Pour notre entra√ģnement.
Une place publique,
Entourée de gros chêne,
Ferait très bien la "scène",
Pour toutes nos musiques.

Vint nous rejoindre alors,
Un violonneux, passant,
Aux cheveux blanchissant,
Tout fait pour le folklore.
Restait l'accordéon,
Pour compléter l'ensemble…
Et que les feuilles tremblent
Sous notre Panthéon !

Le piano à bretelles,
Diatonique, bien sur,
Montra enfin figure,
Pour jouer en "dentelle".
Et les premiers accords,
Retentirent soudain…
Volèrent, les doigts des mains,
Comme poules "picorent".

Les chansons qui s'envolent,
Attirent les villageois,
Badauds, petits bourgeois,
Rêvant de farandoles… !
Les bancs utilisés,
Des chaises apparaissent,
Les succès, ainsi naissent,
Pour foule mobilisée.

Mais jouer donne soif :
Un petit vin bien frais…
Un jeune beaujolais,
La boisson qui décoiffe.
Un applaudissement,
Récompensent les joueurs,
Qui sont tous en sueur,
Heureux du dénouement.

Mais le soleil descend,
Il faut bien repartir,
Demain saura venir
Pour bien d'autres passants.
La surprise arriva,
Lorsque dans un chapeau,
Comme un porte drapeau,
La quête rapporta !

C'était la bonne journée !
A l'auberge du village,
On prit un bon potage,
Et une gratinée…!
Vint l'heure du repos ;
Un bon lit bien douillet,
Après ce bon banquet,
Nous laissera dispos.

NB: si l'on désire transformer ce texte en chanson, placer le refrain ci-dessous tous les huit vers.

Refrain.  

Rien ne vaut la musique,

Pour créer le bonheur

Et mettre en joie les cŇďurs

Pour ces instants magiques