Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




17 - Horizon, poèmes et chansons


Artisans, mes amis

Durs métiers méconnus des artisans,
Qui n'attirent, savez-vous plus beaucoup.
Un jour viendra ou on en paiera le co√Ľt,
Si ces petits ateliers sont 'absents'.

Fini, l'homme prêt, à votre service,
Même en "gueulant" parfois, sourire aux lèvres,
Pris par l'action, de son travail, en fièvre,
Et o√Ļ toujours, tout fini par un rire.

Menuisiers, peintres, ... ou bien garagistes,
Ces locaux o√Ļ "grouillent" les ouvriers.
A la t√Ęche, ne se font pas prier,
A leurs mains, aucun problèm(e) ne résiste.

Et même si parfois, est longue l'attente,
On "profite" des multiples odeurs,
Le bois scié et ses copeaux qui "sentent"
Le parfum des forêts, sous la chaleur !

Les chignoles transpercent la ferraille,
Ajustant la pièce qui va sauver
La voiture dont le temps est "prouvé"
Mais pour rouler un peu, vaille que vaille.

Les peintures dispensent leurs effluves,
L√† o√Ļ la couleur est reine d'un jour,
Ton clair ou vif, il réveille toujours
Des harmonies qui sans bruit se diffusent.

Un chantier ou une maison s'élève,
Ressemble à une grande fourmilière ;
Le béton tourne dans la bétonnière,
Les parpaings, par la grue montent sans trêve.

Les électriciens...font des étincelles,
Et les charpentiers, là-haut, sur leur poutre,
Tout en √©quilibre, "cassent la cro√Ľte".
Quant aux maçons, ils tirent leurs ficelles.

Dans toute la ville, les outils dansent !

 A leur forge, les forgerons transpirent,

 Les √©b√©nistes √©talent leur cire,
Le sang des artisans bat en cadence !

Artisans, soyez fiers du beau métier,
Prolongement aux mains de votre esprit,
Notre admiration est loin du mépris :
Nous vous souhaitons beaucoup d'héritiers.