Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




6 - L'autre coté


Ruptures

Ainsi la vie déroule son ruban,
Cassant sans scrupules des amitiés.
On peut dire, faiblesse ou bien pitié
Mais s'en alla, un être titubant.

La distance du temps est bien mortelle,
Pour la mémoire des mots, des pensées.
Et plus d'un, va se retrouver blessé,
A ce tournant de vie accidentel.

Et ce bal, ou le feu mène la danse,
Fait tourner dans les têtes fatiguées,
Des airs d'autrefois, trop loin relégués,
Pour les retrouver, sans extravagance.

Les corps voudraient se cacher de l'espace,
Comme des malades, désespérés,
Ignorant qu'ils peuvent êtres libérés,
Enfin en paix, sortir de l'impasse.

Savoir que rien n'est plus que ce qui est,
Montrant que ce qui est n'est déjà plus,
Que le présent est souvent révolu,
Pour un futur préparé au passé.

Pour exister, parfaitement heureux,
Il ne suffit pas d'avoir le bonheur.
Il faut le trouver, au fond de son coeur,
Oublier, et se montrer généreux.