Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




10 - Parvis du temple


La meule et la cythare

La meule et la cithare,
Deux "objets" différents,
Qui sont liés pourtant,
Et que rien ne sépare.

Il faut avoir les deux,
Pour parcourir la vie.
Cela nous ait servi,
Quelques soient les enjeux.

La meule est bien connue.
On pourrait dire... trop.
On n'est pas des... héros,
Choisissant leur menu.

La meule du travail,
Quotidien et noirci.
La meule du souci,
Qui fait épouvantail.

La meule de l'angoisse,
Qui nous serre le coeur.
La fatigue intérieure,
C'est l'usure qui froisse.

La meule de la nuit,
Qui réveille les peurs,
Et à certaines heures,
La meule de l'autrui.

Puis la meule du meunier,
Pour écraser le grain
Et faire du bon pain,
Farine et son, maniés.

Vient enfin la cithare,
Bel instrument sans manche
Aux cordes qui déclenchent
Des mélodies, très rares.

La cithare du chant,
Ou bien de la musique,
Pour rêves liturgiques,
Aux accents attachants.

Cithare nostalgique,
Cithare de l'utopie...
Gamme qui envahit,
Notre esprit romantique.

Bien sur, il faut les deux,
La meule sans cithare,
C'est la vie de bagnard,
L'avenir hasardeux.

La meule sans cithare,
C'est la fatalité,
C'est dur, sans équité,
Et nous fait des geignards!

La cithare sans meule,
C'est la vie trop légère,
Evasion passagère,
De gens trop souvent veules.

Les deux poids sont en nous!
Meule, qu'aide la cithare,
Quelque soit le rempart,
Nous mettant à genoux.

Culte de soi, prière ?
Soutien de l'ambition ?
Route de conversion ?
Le bon choix est à faire.

Nous sommes sentinelles,
Pour rappeler aux autres,
Très modestes apôtres,
Que Dieu nous interpelle.

Son Esprit Saint en nous,
Dans la paix et douceur,
Agit en notre coeur,
Nos entraves ... dénoue.

Notre vie a un but:
Nos projets, nos désirs...
Il nous reste à choisir
Ce que sera la "Chute" !