Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




14 - Portes ouvertes


Bambous sous le vent

Joli bambou, ta silhouette nette
Comme trait, d'un calligraphe chinois,
Lançant tes cannes au ciel, qu'elles fouettent,
Est signe de vitalité, qui croît !

Au moindre souffle d'air dans ton feuillage,
Vite, celui-ci se met à danser,
Sur une musique de soie, tangage
Aux oiseaux nichés, qui se font chasser.

Tu bordes les cours d'eau de ces campagnes,
Parfois impénétrables massifs verts.
Les aulnes, les saules qui t'accompagnent,
Sont des voisins depuis peu découvert.

Toi, tes origines sont plus lointaines :
Le Japon et la Chine sont tes sources,
Où tout souffle d'air, comme une fontaine,
Portait à la pensée, en fin de course.

Chez nous, tu fais de merveilleux écrans,
Mais attention...tu es envahisseur !
Il faut guetter, race de chiendent,
Tu as vite fait de repousser ailleurs.

Tu restes, fille du vent et de l'eau,
En tricotant des racines ligneuses,
Invincibles aux binettes, rateaux ;
T'arrête, une bonne bêche coupeuse !

Tu offres aussi de belles couleurs,
Cannes brunes, feuilles vertes, dorées,
Ou bien striées d'argent, dans ton ampleur.
Nos assiettes vont jusqu'a t'adorer !

r14p16