Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




3 - Rêves arrachés


Rideau

Tant de nos souvenirs se cognent dans nos têtes,
Comme un troupeau d'oiseaux affolés par l'orage,
Comme nous le sommes tous, hommes et bêtes,
Ne cherchant qu'une seule chose, s'enfuir de nos cages.

Les beaux jours ont passé, laissons venir la pluie,
Purificatrice de la poussière du temps,
Et que, comme nos larmes, parfois l'on essuie
D'un geste fatigué, incertain, lourd et lent.

L'éternel éclairage qui descend du ciel
Semble doucement, se recouvrir d'un voile,
Nous attirant aux échanges confidentiels,
Sous la protection d'une nuée d'étoiles.

Le souffle journalier de la vie va s'arrêter,
Les humains... et les choses, vont se reposer,
Laissant la lune, drapée de son manteau bleuté,
Regarder la terre se couvrir de rosée.