Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




8 - Sentiers de vie


Malade

Dans le silence de la chambre,
Derrière les volets fermés,
La fatigue dans tous les membres,
On est comme chloroformé !

Chaque bruit vous transperce, en force;
Les tondeuses dans les jardins,
Au moteur crépitant du "morse",
Sont jouets d'anciens citadins.

Loin, des cloches marquent les heures,
Rythmant le temps, toujours trop long,
Pour nous sortir de la torpeur,
Mais trop souvent à reculons.

Par le trou des volets de bois,
Traverse, un rayon de lumière,
Qui marque son chemin de croix,
Les myriades grains de poussière;

Si notre corps reste immobile,
L'esprit, par contre, vagabonde.
C'est tout le passé qui défile,
Comme un film, image seconde !

Heureux ou mauvais souvenirs,
Habitent ce temps qui s'écoule.
Ne pensons pas à l'avenir,
C'est devant nous qu'il se déroule.