Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




8 - Sentiers de vie


Recherche d'homme

Eau purificatrice,
Eau révélatrice,
Source de vie,
C'est de ton lit
Que l'homme est né,
Que le souffle lui a été donné,
Sans qu'il sache pourquoi,
Il fallait qu'il soit.
Puis les bourgeons ont éclaté,
La sève était montée,
Ce sang des espèces,
Libre et non tenue en laisse,
Surprend l'homme, cet animal,
Toujours entre le bien et le mal.
La tempête est dans sa tête,
Il ne pense pas à la fête.
Il broie des idées noires,
Se mettant facilement à boire.
Il a besoin d'une √Ęme sœur,
Qui vienne remplir son coeur.
Il a besoin d'un être humain
A prendre dans ses mains.
Il ne sait pas ou le trouver,
Mais il ne veut plus seulement rêver.
Il sait, cet homme,
Qu'il faut mettre une somme,
Pour avoir,
Pour voir,
Pour toucher,
Pour s'attacher.
Il n'a pas peur de l'effort,
Pas peur d'un mauvais sort.
La route est ouverte,
Avec des bosses, certes,
Mais c'est le lot de tous
Et nos suivants nous poussent.
Le bonheur est au bout,
Plus rien n'est tabou.
On peut ouvrir les yeux,
Et entrer dans le jeu.
Tout devient plus facile,
Même marcher sur un fil,
Car il suffit de croire
Comme un homme, sur sa trajectoire,
Que ce fil est à terre,
Quand le monde le voit en l'air.
Ainsi le tour est joué;
Nous n'étions qu'un jouet.
Mais le temps de l'enfance
Nous laisse sans défense.
Si l'ivresse des rêves,
De la pesanteur, nous enlève,
Il faut, un jour, ouvrir les yeux:
Nous ne sommes pas encore des Dieux
Et puis, est-ce nécessaire ?
Pour vivre un temps sur cette terre ?