Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




8 - Sentiers de vie


Une journée normale

Une résille de nuages
Court sur la vallée,
Recouvrant le paysage
D'un lainage ondulé.
Peu de bruit,
Comme d'habitude
Le lac luit
De solitude.
Une route serpente
Entre les champs fleuris,
et de nombreuses sentes,
descendent de la prairie.
Quelques voix lointaines,
Résonnent en échos.
Des hommes emmènent
Aux champs, leurs troupeaux.
Le village s'éveille
Pour une journée de labeur.
Doucement sous le soleil,
Commence le défilé des heures.
Un car de la grande ville,
Klaxonne sur la place
Et le voilà qu'il file
Avec une certaine audace,
Emmenant des travailleurs,
Qui pour la journée,
Vont chercher ailleurs
De quoi nourrir leur maisonnée.
Le boulanger, blanc de farine,
Sort pour trouver l'air.
Le pain est cuit pour les tartines,
Des enfants et des grands-pères.
Le clocher sonne les heures,
D'une journée normale,
Avec ses joies , ses peurs,
Même si rien n'est fatale.
Mais un jour est vite passé,
Et, comme un film tournant à l'envers,
On voit les gens, lassés,
Revenir du diable vauvert.
Ainsi va la vie,
Toujours recommencée,
Joies et soucis,
Toujours ensemencés.
Les enfants sont notre prolongement,
Et feront peut-être,
Ce que nous avons oublié: comment?
Pour mesurer, il n'y a pas de mètre.
Mais les jours suivront aux jours,
Les nuits aux nuits,
Et, existera toujours l'amour,
Et tout ce qui en suit !...