Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




9 - Signes


Stèle du village 2



BEAUX
beaux   Mais les hommes, tout à leur joie,
continuèrent d'ignorer à qui
ils devaient tout.

Le Poète, petit à petit, compris,
avec amertume, que ses créatures,
riches de tous les cadeaux qu'il
leurs avait faits, n'avaient plus
besoin de lui.

En les regardant se multiplier
à l'infini, il frémit à l'idée que
les hommes allaient s'approprier
tout l'espace du tableau...
peut-être même tenter d'en sortir
et ainsi, détruire l'équilibre
de l'Univers.

Après avoir longuement médité,
il décida de leur retirer le
privilège qu'il leur avait conféré:
l'immortalité des chefs-d'Å“uvre.

Notes de l'auteur Pierre ARONEANU
Sa laine blanche et douce,
Qui sans cesse repousse,
En habits fut tissée
Sans arrière pensée.
Plus BEAUX, ils se trouvèrent,
Au seuil de leurs repaires.


CHEVAL
cheval
Aux hommes, le Poète
Offrit une conquête.
Beau, rapide, élégant,
Crinière à tous vents,
Il Créa le CHEVAL,
Fin coursier en cavale.


APPRIVOISER
apprivoiser
Lancés à sa poursuite,
Interminable fuite
Qui dura jours et nuits,
En silence et sans bruit,
Au bord d'une rivière,
Tout près d'une carrière,
Le Cheval s'arrêta
Et se désaltéra.
Acceptant des hommes,
Caresses de leurs mains,
Le Poète avisé,
Créa " APPRIVOISER ".