Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




9 - Signes


Stèle de la civilisation 1



PAYS
pays  

ROI
roi
Cette mort révélée,
A leur coeur esseulé,
Un souffle de stupeur,
Sema comme une peur.
Cherchant à se défendre,
Sans toujours bien comprendre,
Ils montèrent des murs
A quelques encablures,
De leurs terrains de chasse ;
Montagnes en terrasses
Ou verdoyantes plaines,
Limites qui enchaînent.
L'espace défini,
Reçu pour nom PAYS.
Dans les mots et prières,
En fermant les paupières,
Ils ont délimité,
Le laid, de la beauté,
Puis le grand, du petit,
Le méchant, du gentil,
Le vrai et le faux dur,
Le visible de l'obscur.
En voulant créer l'ordre,
Du verbe qui déborde,
Le "Un " originel,
Ne fut plus éternel.
Ni les murs, ni les mots,
Ni tous les autres maux
N'arrêtèrent le vent,
Puissant et énervant.
Pour conjurer leur crainte,
D'une paix non atteinte,
Entre le ciel et eux,
Ils voulurent, sérieux,
Leur propre intercesseur...,
ROI, fut l'Aîné chasseur.


GALOPAIENT
galopaient

TUAIENT
tuaient
L'âme de guerre en eux,
Les rendait belliqueux !
Ils dressaient leurs chevaux
A leur esprit nouveau.
Et, leur longue crinière,
Flottait dans la poussière.
Ils GALOPAIENT en sueur,
Pour accomplir leur Å“uvre
Enivrés par les cris
Des cavaliers meurtris.
Et les soldats TUAIENT,
Tout comme s'ils jouaient !
Le sang des coups de haches...
Sur leurs robes... des taches !
Voir le beau se ternir,
Et les entendre hennir,
Peina notre Poète.
De ces durs trouble-fête
Il se fit le reproche
De ce monde aussi moche.