Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




18 - Sur les routes


Lavande

Mon Dieu, que c'est beau un champs de lavande,
Avec pour toit, un grand ciel bleu azur.
Cet immense plaisir ne se mesure
Qu'en restant loin de toute idée marchande.

Plantes traçant de beaux et longs sillons
Cordons bleus violets qui vont, ondulants
Sur les coteaux, secoués par le vent,
Sans pour cela, secouer les papillons.

L'horizon semble ouvert sur l'avenir,
Champs bordés de foin ou de petits bois:
Flotte un parfum qui nous laisse sans voix,
Les oiseaux au ciel, dansent pas plaisir.

Ce paysage ferait un tableau !
Le peintre posant par petites touches
Son pinceau, que la beauté n'effarouche
Acceptant ce magnifique cadeau.

Mais le soleil, derrière la colline,
Va se coucher, laissant venir la nuit ,
Cette nuit qui efface tous les bruits,
Pour les rêves cherchant leurs héroïnes.