Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




18 - Sur les routes


Un vent qui murmure

Commençant toujours par un doux murmure,
Le vent est comme un soupir d'amoureux,
Léger caressant, souvent langoureux,
Naissance d'un souffle pour l'aventure.

Souffle volant à la surface des eaux,
Faisant balancer la cime des arbres,
Puis enveloppant tout, force de marbre,
Rien n'y résiste... et frissonnent nos peaux !

Le murmure est devenu hurlement !
Cette fougue qui demeure invisible...
Comme un certain passage de la Bible,
Peut devenir furieusement présent !

Complice aux jeux, avec nos cerfs-volants;
Les voiles du moulin et du navire,
Réclament son souffle pour s'arrondir,
Ou murmure pour couple roucoulant.

Les oiseaux, dans le ciel s'obscurcissant,
Tentent de lutter contre des montagnes
Dans l'attente de leurs nids, qu'ils regagnent :
Reviennent vers nous, leurs cris …