Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




18 - Sur les routes


Fin d'été

Me voici à nouveau,
Et le temps est maussade,
Non pour la promenade;
Tristes sont les oiseaux.

L'été semble fini !
Le vent d'automne est là,
Chantant à capella
Pour feuill(es) à 1'agonie.

L'année a été rude,
Et les journées bien tristes.
L'homme, reste sans "piste",
Rempli de lassitude.

C'est long d'être enfermé.
J'aurai voulu partir ,
Pour ne plus, ...revenir..
Mais il faut se calmer !

Car devant la tempête,
Que fait un bon marin ?
Tout comme un pèlerin,
Il relève la tête.