Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche




12 - Voyages


Sardaigne, perle flottante !

La Sardaigne vante ses plages luxueuses,
Où, artistes, princes, riches industriels
Viennent parfois se détendre... c'est essentiel,
Mais, hôtels chics et yatchs, cachent cette île heureuse.

La Sardaigne a sa belle nature sauvage,
Un folklore étonnant de carnavals et fêtes,
Et des vestiges du passé, encore devinettes,
De civilisations mystérieuses, sans âge !

Palmavera, Barumini, Santu Antine,
Montrent leurs "nuraghi", ces tours préhistoriques
Rondes, murs massifs, escaliers magiques,
Voûtes puissantes, sans poutre, sans héroïne !.

Depuis trois millénaires, ils tiennent debout.
A quoi servaient-ils ?...temples, tombes, forteresses ?
Protection contre les esprits...ou pour prêtresses ?
On ignore encore à ce jour...ce rendez-vous !.

Pour jouir de beaux paysages féeriques,
Longer la côte, jusqu'au Cap de la Testaz,
Où le sirocco a usé, jusqu'à leur base,
Les rochers, par sa charge de sable d'Afrique.

Chaque ville a son heure et chaque heure son temps !
Alghero est plus belle, en fin de journée;
"Capitale", du corail rouge, couronnée,
Où flotte la langue des colons catalans.

De bonne heure, le matin, prenez le bateau,
Pour aller aux fameuses grottes de Neptune,
Cathédrale naturelle au fond de lagune,
Orgues de calcite, silence sans vitraux.

Puis, vers le Sud, en longues promenades,
Ensorcelés de senteurs du sarde maquis,
Mélange de chêne liège, de myrte exquis,
A humer, comme précieux souvenirs donnés.

En poursuivant vers la côte méridionale,
On trouve l'ancien domaine des Phéniciens,
Peuple rendant hommage au Dieu Baal, rite ancien
Et cruel, d'une vie... bien loin du familial !

Mais le voyage se termine, moins tragique :
C'est Cagliari, capitale qui entraîne !
Des cafés centenaires, sous la piazza Yenne,
Organisant des soirées, toujours folkloriques.

Enfin, joie de leur gastronomie répandue !
Saucisses aux herbes, poissons variés... sardines,
Cochons de lait rôtis... de tout cela l'on dîne,
Avec beignets de miel au fromage fondu.

Puis, avec nostalgie, avant de quitter l'île,
Sirotant une liqueur de myrte, à la nuit,
Vous garderez en mémoire les chÅ“urs, le bruit
De ce peuple chaleureux, magique et subtil.